Büchelorette

Web developer, drummer, mom

9 octobre 2017

Pourquoi j’ai quitté mon taf

Ça y’est, je viens d’écrire LA lettre. Celle qui, une fois signée, même pas encore donnée ou envoyée, joue déjà son rôle sur le moral… Et forcément, vient le temps de la retrospective. Parce que, tout de même, ça fait 10 ans. Je me prends à penser un instant « mais pourquoi je ne suis pas partie plus tôt ? », comme presque tout le monde en agence en fait.

Et bien, c’est .. compliqué.

Certains diront que c’est un confort.. mais d'autres personnes, notamment Vincent D., se rappelleront que ça ne l’a pas souvent été. Car oui, un congé maternité dans le web ce n’est certes pas insurmontable, mais ça fout une bonne claque. J’en sais quelque chose, j’encaisse la 2e.

Mais ce n’est pas pour ça que je m’en vais aujourd’hui.

Avant mon dernier congé, qui a duré 7 mois, j’avais apporté à ma team des formations (conception accessible, recette et correction de l’accessibilité, avec @tetue ;) - pour les petits curieux, j’en parle un peu plus dans mon billet du 24 novembre 2016). Formations qui, je le rappelle, étaient un peu un lot de consolation face aux refus de m’accorder la formation référent qualité web, et/ou la certification Opquast.
Non mais moi non plus je n’ai jamais vraiment compris pourquoi..

Bref, 7 mois plus tard, me revoilà.

J’ai eu le temps de m’incruster sur divers projets, partir à la recherche des tickets Jira portant sur l’accessibilité, ces tickets laissés de côté dont personne ne veut (oui oui ces pauvres petits tickets là). J’ai aussi eu le temps de ne pas croiser mon soi-disant manager, puisque de toute façon on ne se comprend pas. Et j’ai aussi eu le temps d’être sollicitée par des personnes qui ont été marquées par ces formations, ou qui se rappelaient simplement qui j’étais et ce que je faisais, et qui avaient besoin de moi :)

On me présente alors comme la « référente en accessibilité » ou encore « l’experte en accessibilité ». C’est un mélange de fierté et de gêne que je ne saurais décrire… Je rappelle bien souvent que, officiellement, je suis intégratice HTML. Et que je me trimballe juste partout avec le livre des check-list Opquast, et suis capable de citer des critères du RGAA.

La fierté quand on m’appelle experte, la gêne parce que pour moi c’est juste normal. Je ne fais que rappeler comment on doit, du moins devrait, faire notre boulot. Et surtout, je n’ai aucun titre, aucune certification, et encore moins de diplôme qui me ferait prétendre à ce rang.

J’en ai assez de cette gêne. Assez de me dire qu’on profite de mon savoir et de mon expérience, et que je porte en plus un sentiment de culpabilité (coucou syndrome de l’imposteur, tu pars jamais vraiment très loin toi en fait hein).

Alors cher Digitas, puisque la qualité ne fait pas partie de tes objectifs, que l’accessibilité c’est pas pour tous, sache que ce n’est pas la peinture qui fait tenir un mur… Non je t’assure, même avec plusieurs couches ça marche pas.

Il existe de plus en plus d’endroits où on sait tout ça, des gens qui n’oublient pas qu’on s’adresse avant tout à des humains (le fameux « utilisateur »). Le travail n’y est pas plus facile, mais il n’y parait pas vain.

À ceux que je laisse derrière moi, merci à vous, et continuez de prendre soin de votre petit coin de web ;)

Moi, ailleurs ..